Title
Amélioration du contrôle glycémique et perte de poids sous exénatide chez des patients diabétiques de type 2: résultats d'une étude rétrospective observationnelle multicentrique belge Amélioration du contrôle glycémique et perte de poids sous exénatide chez des patients diabétiques de type 2: résultats d'une étude rétrospective observationnelle multicentrique belge
Author
Faculty/Department
Faculty of Medicine and Health Sciences
Publication type
article
Publication
Liège ,
Subject
Human medicine
Source (journal)
Revue médicale de Liège. - Liège, 1946, currens
Volume/pages
64(2009) :10 , p. 488-495
ISSN
0370-629X
Carrier
E
Target language
French (fre)
Affiliation
University of Antwerp
Abstract
Nous présentons les résultats dune analyse rétrospective des dossiers médicaux de 4 centres de diabétologie belges réalisée sur 3 cohortes de patients diabétiques de type 2. Les données cliniques et biologiques ont été récoltées, respectivement, 3 mois (n=163 patients exposés), 6 mois (n=77) et 9 mois (n=28) après linitiation dun nouveau traitement par exénatide. Le présent travail se focalise principalement sur les deux cohortes les plus importantes, suivies à 3 et 6 mois. Le taux moyen dHbA1c à linclusion atteint 9% et diminue de -1,3% et -1,4% à 3 et 6 mois, respectivement (-1,5% à 9 mois). Ni la durée du diabète ni le poids initial ninfluencent la réponse métabolique. La réduction du taux dHbA1c à 6 mois est dautant plus grande que la valeur initiale est élevée : -0,5% pour une valeur de base <8%, -1,4% pour un taux de 8-10% et -2,4% pour une valeur >10%. A 6 mois, le critère composite dune réduction du taux dHbA1c >1% ou dune valeur finale <7% est atteint par 69% des patients. Le poids corporel diminue de façon continue sur la durée du suivi, avec une réduction moyenne de -2,1 kg à 3 mois et de -3,0 kg à 6 mois (-4,9 kg à 9 mois). Plus le poids initial est élevé, plus la perte pondérale est grande lors de lévaluation finale. Des nausées et, plus rarement, des vomissements ont été observés, essentiellement durant les premiers mois du traitement par exénatide. Au vu de ces résultats obtenus dans des conditions routinières de pratique clinique, lexénatide peut être considéré comme une alternative valable à linsuline pour lintensification du traitement des patients diabétiques de type 2 après léchec dun traitement combiné par antidiabétiques oraux, indépendamment du taux dHbA1c initial, du poids corporel et de la durée du diabète.
Handle