Title
Réhabilitation et rénovation en matière de pensée géopolitique Réhabilitation et rénovation en matière de pensée géopolitique
Author
Faculty/Department
Faculty of Social Sciences. Political Sciences
Publication type
article
Publication
Subject
Politics
Source (journal)
L'espace politique
Volume/pages
12(2010) :3
ISSN
1958-5500
Carrier
E
Target language
French (fre)
Affiliation
University of Antwerp
Abstract
La prise en compte de la question des représentations en géopolitique nest pas aussi récente quon le croit en France. Aux Etats-Unis, la « révolution béhavioriste » a, dès le lendemain de la Seconde guerre mondiale, généré une nouvelle école, celle de la Cognitive Geopolitics, qui intègre les enseignements des sciences du comportement. Il sagit, désormais, de considérer avec Kenneth Boulding (Boulding, 1971) que : « les gens dont les décisions déterminent les politiques et les actions des nations ne répondent pas aux faits « objectifs » de la situation...mais à leur « image » de la situation. Cest la façon dont ils pensent le monde, non pas ce quil est en réalité, qui détermine leur attitude ». Mais les initiateurs de la démarche sont Harold et Margaret Sprout, et il convient de rappeler ici limportance de leur apport. Selon eux, la réalité du monde est un complexe formé par un réel matériel et par une multitude de représentations qui relativisent le premier. Cest pourquoi ils distinguent pour chaque acteur, entre un environnement opérationnel et un environnement psychologique. Pour les auteurs constructivistes qui participent au courant de la Critical Geopolitics, tout se joue au niveau du second type denvironnement, mais avec une double particularité. La première, négative, est quils perçoivent dans lenvironnement psychologique des éléments culturels et politiques susceptibles damener les acteurs à de rechercher une transcendance dans lespace matériel. Ce qui serait le défaut majeur de la géopolitique à la Mackinder. La seconde, positive, est que cet environnement est également intersubjectif, et que par conséquent les acteurs, qui construisent la réalité, sont en mesure de lamender et de la normativiser. Au final, en combinant les suggestions des deux courants précédents aux apports des autres écoles de pensée, il nous semble possible denvisager une géopolitique compréhensive.
E-info
http://espacepolitique.revues.org/index1723.html
Handle